اشترك في النشرة الإخبارية لاستقبال المقالات الجديدة

الأحد، 2 يونيو، 2013

L'entreprise de la culture






  

Par Gamal Essam El-Din

Hafez Abdel Wahab

El-Amrousy

Les deux dernières années ont vu un nombre sans précédent d'entreprises égyptiennes happé par d'autres sociétés. En 1999 seulement 44 acquisitions ont été conclues. Cette année, le rythme des rachats se poursuit sans relâche.

Au nombre de ceux-ci était le Financial Group-Hermes égyptien »(EFG-Hermes) l'achat d'une participation majoritaire de stock dans Sawt Al-Fan (Voice of Art), la plus grande société de production de musique de l'Egypte.

Mouvement audacieux de la maison de courtage est devenu la coqueluche des deux cercles culturels et financiers. Pourquoi EFG-Hermes, une organisation spécialisée dans les services bancaires d'investissement, serait intéressé par l'achat d'une société de production musicale comme Sawt Al-Fan, les gens demandaient.

Alimenter ces spéculations étaient les nouvelles que EFG-Hermes ambitions dans le domaine culturel ne se limitent pas au contrôle de Sawt Al-Fan seul. Au cours des dernières semaines, il a été révélé que la société de courtage envisage d'investir dans la production de films, d'établir un réseau national de bibliothèques et de vendre des œuvres littéraires sur Internet et sur CD. Ces plans vont au-delà des frontières de l'Egypte comme EFG-Hermes a l'intention d'acheter une participation dans des sociétés établies dans d'autres pays arabes engagés dans la production culturelle.

Pour gérer ces activités, EFG-Hermes a mis en place le Holding Company Arabe pour les Arts et de publication, a déclaré Ahmed Heikal, le représentant légal de la maison de courtage et l'un des administrateurs de la nouvelle entité. «Notre objectif n'est pas seulement de faire des profits, il ya aussi une dimension nationaliste et culturelle. Nous visons à élargir la portée du marché des produits culturels et les rendre accessibles au plus grand nombre de clients potentiels à travers le monde arabe", a déclaré Heikal . Ziad Bahaaeddin, un conseiller sur une base consultative auprès du ministre de l'Economie Youssef Ghali est un autre administrateur de la nouvelle société.

L'acquisition de Sawt Al-Fan EFG-Hermes a eu lieu progressivement cette année dans le contexte des différends entre les héritiers des anciens propriétaires de l'entreprise. Fondée en 1960 comme une société anonyme pour la production d'enregistrements de musique et de films, Sawt Al-Fan a été possédé par le compositeur-chanteur Mohamed Abdel-Wahab (40 pour cent), le chanteur Abdel-Halim Hafez (40 pour cent) et directeur de la photographie Wahid Farid (20 pour cent). En 1968, les trois propriétaires ont décidé de donner Magdi El-Amrousy, l'avocat Abdel-Halim et ami proche, une participation de 20 pour cent en Sawt Al-Fan, en reconnaissance de ses efforts pour développer l'entreprise.

Après la mort de Abdel Halim et Abdel Wahab, en 1977 et 1991 respectivement, un différend sur les bénéfices de la société ont éclaté entre la famille de Abdel Halim et El-Amrousy. Aleyya, la sœur de Abdel Halim Mohamed et Shabana, son neveu, accusé El-Amrousy de les empêcher de voir le bilan de la société et de leur refuser leur part de ses bénéfices. Seulement l'an dernier, Aleyya a affirmé que même si les bénéfices de Sawt Al-Fan atteint LE30 millions pour l'année précédente, elle n'a reçu que LE425.

Plus tôt cette année EFG-Hermes a acheté sa première participation dans la société des héritiers d'Abdel-Wahab. Cette partie comprend la plupart de ce qui a été détenue par la famille du défunt compositeur-interprète. Profitant de l'escalade de bras-de-guerre entre les héritiers de Sawt Al-Fan, EFG-Hermes a obtenu un montant supplémentaire de 15 pour cent, cette fois de la participation de El-Amrousy. Irrité par la vente de El-Amrousy, la famille de Abdel Halim l'a poursuivi. Mohamed Shabana, le neveu de Abdel Halim allégué que Al-Amrousy n'était pas légalement le droit de vendre sa participation de 20 pour cent en Sawt Al-Fan raison des conditions dans lesquelles Abdel-Wahab et Abdel Halim le lui a donné.

Ce conflit, cependant, n'a pas empêché EFG-Hermes. Au milieu de deux feux, il a réussi à acheter la partie de la société qui reste dans les mains des héritiers de Abdel-Wahab et il ya deux semaines, il a été en mesure d'acheter la moitié de la participation de la famille Abdel-Halim, ce qui porte les participations de la maison de courtage l'entreprise de 75 pour cent. Selon neveu de Mohamed Abdel Halim, la famille ne vendra jamais sa participation restante de 20 pour cent dans l'entreprise.

Créant aussi des vagues récemment dans le monde culturel est un accord entre une entité étatique et une maison d'édition privée donnant à ce dernier une concession de cinq ans pour la vente des enregistrements appartenant à l'Etat sur Internet. L'arrangement LE2 millions entre Le Caire Audio-Visuel Production Company (CAVPC), détenue par le ministère de la Télévision de l'information et de l'Union de radio, et la maison Dar d'édition Al-Shurouq permet également à l'entité état de recevoir des redevances à hauteur de 15 pour cent des bénéfices. Les enregistrements incluent certaines des chansons par des chanteurs les plus célèbres de l'Egypte, comme Umm Kulthoum, Abdel Wahab, Abdel Halim, Fayza Ahmed et le Warda origine algérienne.

L'implication croissante des conglomérats d'entreprises dans les arts, et la vente du patrimoine artistique de l'Egypte en particulier, a suscité des inquiétudes chez les parlementaires au sujet du potentiel pour la création de monopoles. Bien qu'un certain nombre de députés ont dit qu'ils ne s'opposent pas à l'investissement privé dans le secteur des arts, tant que cela ne conduise pas à la création de monopoles, un autre groupe de députés a exprimé juste une telle préoccupation. Ce dernier groupe a essayé en vain de présenter des projets de lois anti-trust pour empêcher ce qu'ils ont qualifié de «perte de l'héritage de l'Egypte à des magnats des affaires."

Bien que conscients des dangers du monopole, Salah El-Taroty, président du Comité de l'information de la Culture et du parlement, a déclaré que les grandes entreprises devraient être encouragées à investir dans le domaine de la culture. Ces entreprises, El-Taroty dit, les ressources financières nécessaires pour préserver le patrimoine musical et littéraire de l'Egypte pour les générations futures. Il a ajouté que la participation du secteur privé "contribue à rendre ce patrimoine accessible aux citoyens ordinaires à des prix raisonnables."

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق

ملحوظة: يمكن لأعضاء المدونة فقط إرسال تعليق.

ساهم بنشر الموقع و لك جزيل الشكر