اشترك في النشرة الإخبارية لاستقبال المقالات الجديدة

الاثنين، 22 يوليو، 2013

Biographie de Warda AL JAZAIRIA :


Warda Ftouki, plus connue sous le nom de Warda ou Ouarda (وردة), et surnommée Warda al-Jazairia (وردة الجزائرية, « La rose algérienne »), est une chanteuse algérienne, née le22 juillet 1939 à Paris et morte le 17 mai 2012 au Caire (Égypte).

Warda effectue ses débuts à Paris. Après le déclenchement de la guerre d'Algérie, sa carrière se poursuit au Liban, puis en Égypte. Elle épouse un général algérien après l'indépendance et interrompt sa carrière jusqu'en 1972. Après son divorce elle s'installe en Égypte et épouse le compositeur Baligh Hamdi. Warda travaille alors avec les plus grands compositeurs arabes.

Connue pour ses chansons sentimentales, elle interprète également des chants patriotiques. Son répertoire compte plus de 300 chansons. Après avoir vendu des dizaines de millions d'albums, elle est considérée comme une « diva » de la chanson arabe.


Warda Ftouki naît à Paris d'un père algérien, Mohammed Ftouki, originaire de Souk Ahras, et d'une mère libanaise1. Elle est la cadette de leurs cinq enfants2. Warda commence à chanter durant les années 1950. Elle effectue ses débuts au Tam-Tam, un cabaret appartenant à son père. Situé rue Saint-Séverin, dans le quartier latin, il accueille de nombreuses vedettes de la chanson arabe, comme Safia Chamia et Farid El Atrache.
Les débuts

À l'âge de 11 ans, Warda chante dans l'émission de l'animateur Ahmed Hachlaf4,5. Elle enregistre son premier disque pour Pathé-Marconi. En 1956, après le déclenchement de la guerre d'Algérie, des armes destinées au FLN sont découvertes par la police dans le cabaret de son père. L'établissement est fermé et la famille expulsée. Sa mère meurt avant que la famille s'installe à Hamra, un quartier de la capitale libanaise réputé pour sa vie nocturne3. Warda chante dans les cabarets de Beyrouth. En 1959, dans un casino de Aley, elle fait la connaissance du compositeur Mohammed Abdel Wahab, qui lui apprend le chant classique et adapte à son intention Bi-omri kullo habbitak, qassida du poète Ahmed Chawqi6. Gamal Abdel Nasser lui propose d'interpréter Al watan al akbar (ar), une chanson de Mohammed Abdel Wahab écrite pour un opéra panarabe7,8. Warda l'enregistre aux côtés d'autres chanteurs commeAbdel Halim Hafez et Fayza Ahmed (ar)4,9. Le réalisateur égyptien de comédies musicales Helmi Rafla lui fait signer un contrat, et la chanteuse poursuit une carrière musicale et cinématographique en Égypte3,7. Elle apparaît dans deux films de Rafla, Almaz wa 'Abdou al-Hâmoulî et Amîrat al-'arab3,6.
Interruption de carrière[modifier]

Le père de Warda meurt en 1961. Après l'indépendance, elle se rend pour la première fois en Algérie et épouse un colonel?, qui lui interdit de chanter. Warda abandonne la musique durant une dizaine d'années pour élever leurs deux enfants.
Retour à la chanson

En 1972, à la demande du président Houari Boumédiène, elle prend part à la commémoration du 10e anniversaire de l'indépendance du pays en se produisant à Alger avec un orchestre égyptien6,10. Warda divorce et décide de reprendre sa carrière. Elle retourne définitivement en Égypte où elle épouse le compositeur Baligh Hamdi. La chanteuse jouit d'une grande popularité et à l'occasion de travailler avec les plus grands compositeurs arabes, comme Hilmi Bakr, Riadh Sombati, Sadok Thraya, Mohammed Abdel Wahab2,7, ou encore Sayed Mekawi11. Le président Anouar el-Sadate lui interdit de se produire dans le pays, à cause d'une chanson de son répertoire, El Ghala Yenzad, faisant l’éloge du leader libyen Mouammar Kadhafi. L'interdiction est levée grâce à l'intervention de son épouse Jihane el-Sadate7. En 1979, Warda retourne en France pour donner un récital à l'Olympia2.
Depuis les années 1990

En 1990, Warda divorce de son second mari, qui meurt à Paris trois ans plus tard3. Sa carrière connaît une eclipse alors que de nouveaux styles musicaux apparaissent. La chanteuse effectue un retour au premier plan en interprétant des titres du compositeur Salah Charnoubi, comme Haramt Ahibek, Betwenes Bik et Ya khsara3. Elle connaît ensuite des problèmes de santé, qui l'éloignent de la scène. En 1996, elle subit une opération du cœur3, puis une greffe du foie au début des années 20006,12. En 1999, la compilation Nagham el hawa retrace sa carrière3. Son dernier album studio est enregistré en 20015.

Warda retourne au Liban durant les années 2000 pour se produire au festival international de Baalbek. Elle y chante en 2005, puis en 2008, et attire près de 3 000 spectateurs6,13. La même année, elle se rend en Algérie et donne des concerts à Djemila, à l'occasion du 4e festival international, et au théâtre du Casif de Sidi Fredj2,14. En 2009, Warda participe à la soirée d'inauguration du 2e Festival panafricain d'Alger15. Elle se produit également au Maroc, durant la 8e édition du festival Mawazine, où elle chante devant 30 000 personnes16. L'un de ses derniers concerts a lieu au Liban en septembre 20116. Warda meurt le 17 mai 2012 au Caire, où elle réside, à la suite d'un arrêt cardiaque survenu durant son sommeil1. Son corps est rapatrié à Alger et la chanteuse est enterrée le 19 mai dans le « carré des martyrs » du cimetière El-Alia17,18.
Après sa mort

Le clip de la chanson Eyyam, réalisé par Mounes Khammar, est présenté à la presse en mai 2013. Le tournage de la vidéo a été interrompu par la mort de l'artiste. Les séquences mettant en scène la chanteuse disparue sont réalisées grâce à un procédé d'animation, la rotoscopie. La chanson du compositeur Bilal Zain et du parolier Mounir Bou Assaf, chantée en dialecte libanais, a été enregistrée en 200919.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق

ملحوظة: يمكن لأعضاء المدونة فقط إرسال تعليق.

ساهم بنشر الموقع و لك جزيل الشكر